Sardaigne Sicile

22/06/15

Un plus encore pour Carloforte. Les voisins de ponton très gentils nous prêtent leur voiture pour faire le tour de l’île (pour les remercier, le soir je leur fais une visite guidée de la saline et de ses habitants à plumes). Encore des merveilles au compte de cette petite île qui mérite vraiment le détour.

geyser pétrifié
geyser pétrifié

(voir aussi l’album photos). C’est aussi l’un des rares sites de nidification du faucon d’Eléonore (falco della regina), qu’on a entr’aperçu.
Bref on part quand même car le créneau météo pour passer en Sicile se rapproche.
Une étape encore à Cagliari la capitale sarde, ville bien sympa malgré son côté industriel. J’en profite pour entretenir le moteur.
cagliari

Et curieusement la dernière vision de la Sardaigne (capo Carbonara) ressemble étrangement à celle de la Corse (iles Lavezzi).

Capo Carbonara
Capo Carbonara

Traversée vers la Sicile : 160 milles à couvrir, départ du mouillage à 6 h du mat, vent portant moyen pour augmenter progressivement et finalement devenir assez fort dans la nuit, mais surtout la mer est levée et très désagréable. Houle invalidante car le bateau bougeait trop et on ne peut pas faire grand chose d’autre que regarder ces grosses vagues qui soulèvent le bateau comme un fétu, mais c’est quand même un spectacle fascinant, et impressionnant la nuit (ça ne faisait que 2 m de creux, ridicule pour ceux qui ont connu plus!)
Arrivée 40 heures plus tard à San Vito lo Capo (crevés… ) et paf de magnifiques falaises calcaires bordent la côte. Mais si les montagnes de l’arrière pays sont très belles , la côte est très urbanisée et industrielle avec peu d’abris possibles. C’est comme ça tout le long jusqu’à Cefalu où nous serons demain ;

San Vito le Capo
San Vito le Capo

Sardigna ancora

12/06/15

Ajout d’un album « Sardaigne » (en ordre inversé, comprend pas pourquoi)

Et bien oui, la Sardaigne c’est magnifique ! Une incroyable diversité géologique génère une palette de paysages que nous découvrons en suivant les côtes, sans jamais nous lasser. Avec des pépites comme capo Caccia
7 Capo caccia 06
des falaises monumentales qui plongent dans l’eau profonde, on peut raser la roche en bateau ! Un escalier de 560 marches descend à flan de falaise pour accéder à la grotta di Nettune.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La falaise est habitée par des colonies de martinets noirs et de martinets à ventre blanc, dont les petits sont visibles dans les fissures.
ou les dunes de Piscina (merci Stephan!) avec leurs genévriers centenaires, paysages surprenants qu’il vaut mieux parcourir le matin tôt (chaleur)
13 Piscina 02
ou des formations volcaniques bizzaroïdes qu’on se croirait sur une autre planète
15 Carloforte 36

On a envie de s’arrêter partout, d’y passer plus de temps, de flâner encore plus. Mais faut croire qu’on a pas encore pris le pli et on continue d’avancer, des fois au moteur tellement le vent est faible.

Et nous voilà à Carloforte sur l’ile San Pietro, petite ville super sympa, peu touristique, à l’architecture d’influence génoise.
15 Carloforte 07
On bade, on prend le caffè en terrasse, on découvre la petite industrie du thon rouge, spécialité locale.
Une petite saline abandonnée borde la ville et abrite quelques flamands roses, sternes naines et pierregarin, échasses blanches, avocette, goéland railleur…
15 Carloforte 43
Le port est sympa et pas cher, on y reste 3 jours vu qu’en plus le sirocco souffle trop fort.

PS : la plongée ? Oui ça a été bien, Babeth a vaincu son appréhension de l’immertion, du coup on a acheté une combi de plus pour Babeth, mais on a pas encore fait de sortie d’exploration (sans bouteilles) à 2.
plonge

Sardaigne !

Lundi 1er juin

Et voilà le temps passe et on a déjà quitté la Corse !
Après les nombreux arrêts le long de la cote ouest, alternant mouillages dans de magnifiques petites criques,

Roccapina
Roccapina

mais parfois avec de drôles de surprises, comme cette étonnante concentration de méduses autour du bateau le soir (ne pas tomber à l’eau !!!)

des dizaines au mètre carré
des dizaines au mètre carré


ballades à terre, navigations le long des cotes rocheuses et quelques ports, nous voilà à Bonifacio.

l'entré du port est à gauche du "petit" voilier
l’entré du port est à gauche du « petit » voilier

12 Bonifacio 12

Le Sud, le calcaire, les falaises… Visite en ville, diverses préparations pour les étapes suivantes.
Et comme la météo est très favorable, on va passer du temps aux iles Lavezzi, dans les Bouches de Bonifacio. Magnifique petit archipel de granite ; une ile privée et ponctuée de luxueuses maisons (Cavallo), débarquement interdit, et une déserte (Lavezzi),
13 iles Lavezzi 11
sur laquelle on peut débarquer mais on est pas seul : de nombreux bateaux de touristes viennent décharger leur cargaison le matin
13 iles Lavezzi 16

et la reprennent le soir. Mais à partir de 17 h on est quasi seuls sur l’ile et les ballades sont extra. Des fois, c’est tellement beau qu’on se croirait en Bretagne (Aïe non pas sur la tête!)
13 iles Lavezzi 21

Par contre pour le bateau il vaut mieux que le temps soit calme, il y a des petits rochers partout qui émergent à peine

Ce goéland doit être missionné par la SNSM pour prévenir les accidents !
Ce goéland doit être missionné par la SNSM pour prévenir les accidents !

Et puis bon, la Sardaigne est là toute proche (ça fait un moment qu’on la voyait de loin), allez : le vendredi matin 29 mai, on se lance dans la traversée des Bouches, qui peuvent être mauvaises par gros temps. Mais ce jour là c’est très tranquille, on peut se balader dans la mâture pour installer le pavillon de courtoisie.
1 Sardaigne
En principe on aurait du mettre celui de la Sardaigne.

Et nous voilà à Capo testa… surprise : des montagnes de rochers de granite, tous plus beaux les uns que les autres, voire plus beaux que les corses (aïe…).On a même sorti la « mobylette » pour voir ça de plus près.
2 Capo testa 02

Capo testa
Capo testa

Et lundi on est à Stintino, pointe Nord-ouest de la Sardaigne, où l’on doit s’immerger au sens propre dans le milieu marin : famille et amis nous ont payé une initiation à la plongée, on vous racontera.

Album Corse

La vie de bohè… de galérien continue : pas assez de vent ou trop, de la houle qui fait rouler le bateau au  mouillage, alors qu’il n’y a plus de vent… la Méditerranée nous baptise. Mais on survit, grâce au saucisson corse, au fromage corse, à la bière corse…

Ajout d’un album Corse dans la page photos. Quelques goélands d’Audoin sont venus nous voir au mouillage, au cours du repas.
Goeland d'Audouin
Facilement reconnaissable de près par sa taille nettement plus petite et fine que le classique goéland leucophée, ses pattes grises et son bec rouge cerclé de noir (plus une petite marque jaune).

Visite d’Hugo et Marie hier et aujourd’hui, ils terminent leurs vacances en Corse, on est allé voir le site mégalithique de Filitosa et la tour génoise du Cap muro.

Sinon le bateau marche bien (mais il a fallu faire une réparation au génois à Ajaccio), l’équipage se rode en douceur, et parfois en panique dans les coups de vent intempestifs, la Corse est belle et accueillante.

Babeth à la barre dans le passage entre les iles Sanguinaires, un grand moment !

Babeth à la barre dans le passage entre les iles Sanguinaires, un grand moment !

ça se corse !

Mercredi 13 mai (connexion internet = mise à jour du site seulement aujourd’hui le 17 !)

ça y est, on a traversé on est en Corse. Après une attente de quelques jours à Porquerolles, très belle île mais quel monde ce WE de 8 mai ! – traversée sans souci sauf au début : trop peu de vent, et contraire, plus un déroutage pour cause de manœuvres de la Marine ! Mais la majorité du trajet s’est faite avec un vent agréable et régulier, les dauphins sont venus jouer à l’étrave à 2 m de moi, nuit magnifique très étoilée et arrivée à Girolata sous le soleil qui fait flamboyer les falaises rouges.

Porquerolles :

poussins de goéland leucophée, sur le sentier de bord de mer
poussins de goéland leucophée, sur le sentier de bord de mer
Porquerolles crique
Porquerolles

Porquerolles crique 2

Porquerolles mouillage
notre mouillage à Porquerolles

 

Traversée vers la Corse

mystère sur la mer : de milliers de ces organises inconnus à la surface de l'eau, avec la petite voile qui dépasse : quelqu'un connaît ?
mystère sur la mer : de milliers de ces organises inconnus à la surface de l’eau, avec la petite voile qui dépasse : quelqu’un connaît ? Ce sont des vélelles (merci André !) organisme très spécial classé plutôt dans les planctons.
lever de soleil sur la Corse
lever de soleil sur la Corse

 

arrivée Corse : la Corse une ile montagneuse ?
arrivée Corse : la Corse une ile montagneuse ?

 

Girolata : un petit paradis bien abrité, dans lequel nous avons du attendre 3 jours que les vents violents se calment.
Girolata : un petit paradis bien abrité, dans lequel nous avons du attentre 3 jours que les vents violents se calment.

 

Flânerie côtière

jeudi 7 mai
Et bien donc nous voilà partis, pour cette nouvelle vie itinérante non stop. Avant on partait en vacances, en itinérant et en fourgon aménagé, c’était une habitude vieille de 40 ans. Mais là c’est par la mer, dans ce bateau large et confortable (ah, non, quand il y a de la mer, c’est bien petit, on se cogne partout, on est pas encore bien habitué). Et on reviendra de voyage…. on ne sait quand. Et ça on ne s’en rend encore pas bien compte.
Les espaces sont là devant nous, immenses, nombreux, extrêmement riches, mal connus – c’est quoi ces poissons qui sautent, ces oiseaux qui planent au raz des crêtes des vagues, ces plantes sculptées par les vents violents au raz du rocher ? Plein de choses nouvelles à apprendre, de nouvelles directions à prendre.
Pour l’instant on suit la côte par petites étapes…

le nouveau musée de Marseille, le Mucem, vue depuis notre place dans le vieux port
le musée de Marseille, le Mucem, vue depuis notre place dans le vieux port

Le vent défavorable nous a empêché d’aller dormir dans les calanques de Cassis. Dommage, c’est vraiment beau, mais la journée noria de bateaux de visiteurs !

les Calanques de Cassis
les Calanques de Cassis

…pour traverser vers la Corse, en fin de semaine si la météo reste favorable. Pour nous, en voilier ce sera une première, mais rien de bien méchant, 24 h à 5 nœuds, en observant dauphins et puffins. Et avant on fait quelques provisions, à l’île des Embiez (Sanary 83), propriété de feu Paul Ricard. Très belle île.
Embiez

 

ketch Fos - Copie
Non ce n’est pas un montage ! Ce ketch s’est échoué sur un banc de sable dans le golfe de Fos, malgré les signalisations, puis s’est enfoncé progressivement dans le sable, sans pouvoir être sauvé. Diablement impressionnant !

On est partis !!!

ça y est le grand jour est arrivé ! Abandon de la place de port au cap  d’Agde, et notre nouvelle vie itinérante commence.

Rien d’extraordinaire pour l’instant, nous allons faire de courtes étapes d’ici la traversée sur la Corse, des milliers de bateaux l’on fait et le feront.
Le programme vite fait : Méditerranée, Écosse Irlande, Amérique du Sud.
1ère année : Corse Sardaigne Croatie Grèce Turquie…
Les détails dans la suite du blog, que nous tâcherons de tenir à jour, pour vous faire partager les bons (et parfois mauvais) moments.

Pour l’instant tout baigne, un première étape sous spi hier pour joindre Palavas, et on repart vers l’Est.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cooool !

Au départ !

Depuis bientôt un an et demi qu’on a acheté ce bateau, et qu’on y descend 1 WE sur 2 depuis notre Lozère, il devrait finir par être prêt au départ, non ?

Ben oui, « presque » … Effectivement il ne reste plus grand chose, on le sort pour le caréner le 30 mars, un nettoyage + 1 couche de Metagrip et hop !

Ensuite on déménage, c’est à dire qu’on ferme la maison sur la terre ferme, pour s’installer sur le bateau, et le départ sera imminent.

eolienne
dépose et repose de l’éolienne pour pouvoir resouder une fissure découverte sur l’arceau