Rover pro 35L

logo lowepro


Sac chargé, chaussures lacées, c’est parti pour un bivouac dans le massif de Belledone, prémices des Alpes du nord. Mais pas question de partir sans mon matos photo !

En montagne, pour profiter des belles lumières au coucher de soleil et à l’aube, la meilleure solution est de dormir sur place. Nous visons donc une cabane non gardée, à quelques heures de marche des derniers accès routiers.

Pour porter tout mon matériel, j’ai choisi le Rover Pro 35L de Lowepro. Très abouti, ce sac propose des solutions très adaptées à ce type d’excursion.

Question photo, je pars avec un reflex monté avec un UGA, un zoom transtandard, et quelques accessoires supplémentaires, qui logent tous dans le compartiment photo du sac. La spécificité de ce sac repose la dessus : un compartiment photo que l’on rajoute à l’intérieur du sac à dos, grâce à une large ouverture sur le devant du sac. Le matériel est bien protégé, et parfaitement séparé de vos affaires de montagne. Mon trépied Giottos Vitruvian VGRN, très léger et d’une compacité étonnante prend place sur le coté du sac, bien fixé dans l’emplacement prévu a cet effet, tandis que le pod Joby Hybrid trouve une place dans la poche centrale sur le devant du sac, avec la carte de randonnée, accessible en faisant basculer le sac sur une épaule.

Pour ne pas être pris au dépourvu j’avais rangé les batteries et cartes mémoire dans les poches zippées de la ceinture, accessibles en un clin d’œil.

Pour le bivouac, j’embarque un duvet, un réchaud avec sa popote, 2 repas et un petit déjeuner, une bouteille d’un litre, une biére ( eh oui il en faut!) une doudoune, une polaire, un pantalon, tout cela dans le compartiment principal ! Seul le duvet sera attaché sous le sac à dos, avec les sangles de compression.

vuedici.org-060714-DSC05272

La poche du rabat permet de ranger tout un paquet d’accessoires, frontale, clés de voitures, barres céréales, téléphone, et tous les autres bidules que l’on trimbale inévitablement…

Je suis au final très surpris de voir tout ce que l’on peut embarquer avec ce sac !

Ce sac se distingue aussi par sa polyvalence : entouré de six sangles de compression (deux de chaque coté, deux sous le sac), elle peuvent soit servir pour attacher des choses supplémentaires, soit pour comprimer le sac et en réduire le volume. C’est parfait par exemple quand il fait tellement froid que vous avez enfilé toutes vos couches, et qu’en plus de ça, vous avez avalé toutes vos provisions !

A l’usage, le Rover pro se comporte très bien, et se fait bien oublier… Les sangles matelassées et la construction rigide du dos apporte un confort inespéré sur ce format de sac. Même par les fortes chaleurs du mois de juillet, le dos, très ventilé, évite de transpirer, même quand le sentier attaque fort dans la pente. Les matériaux utilisés respirent la solidité, et ont une bonne résistance à l’usure. Le compartiment photo est assez accessible, et même s’il faut obligatoirement poser le sac au sol pour l’ouvrir, cela ne pose pas de soucis.

Coté imprévu, le sac dispose aussi d’une housse de pluie en cas de changement météo, qui est enfin amovible, contrairement aux autres sacs Lowepro. Cela permettra de choisir par exemple, si vous préférez protéger votre sac, votre tête, ou encore votre appareil pour faire des photos somptueuses sous le déluge ! Elle est stockée dans une poche sous le sac, ce qui est vraiment utile lorsque vous posez le sac au sol, après une bonne rosée matinale par exemple.

Pour moi c’est un compromis idéal entre un bon sac de montagne et un bon sac photo, une rareté difficile à trouver !

Vous trouverz ici une vidéo BTS avec le Rover Pro sur un shooting VTT